Les feuilles mortes

« Bribes d’une vie végétale, la lente et mélancolique valse des feuilles. »

L’automne arrive,

Sur les branches immobiles

Toutes l’attendent et toutes le craignent

Soudain le Vent majestueux se réveille

Et allonge ses bras autour des rameaux bruns

Et les feuilles gracieuses prennent enfin leur envol.

.

Comme suspendues, presqu’immobiles d’abord

Elles descendent en tourbillonnant

Elles slaloment, divaguent, prennent leur temps :

Depuis leur bourgeonnement elles attendaient cette danse

Descente victorieuse, apogée d’une feuille,

Et lorsque vertes encore, elle ombrageaient leur arbre

On leur contait la sensation enivrante de cette fin de parcours

Mélodieuse descente, a nulle autre pareille,

Comme un soliste qui lance ses derniers accords.

.

La terre se rapproche, quelle douce sensation !

Leur descente s’accélère, puis, au dernier moment

Se stoppe.

Elles goûtent avec délices cette immobilité,

Ces  instants infinis avant l’éternité

Puis doucement,

se posent.

La Terre bienveillante les accueille en son sein

Et alors que ces dames, haletantes et ravies,

Goûtent enfin au repos d’une jeunesse exaltée,

.

Le commun des mortels les traite de

« Feuilles mortes »

-Par Dreamy

Mots-clefs :

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Clausd |
Germinal |
Huonokazi |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Bel-Ami et les femmes
| Journal De Lecture Othello
| Une Cerise à la Mer